Wagons-Lits Diffusion, (c) et TM tous droits réservés

4.  HISTOIRE DE L'ORIENT-EXPRESS

 
 
L'Orient Express dans les années 30

 

 

L'Orient-Express est le train le plus célèbre de la Compagnie Internationales des Wagons-Lits (CIWL) qui depuis 1883, assurait la liaison entre Paris , Vienne et Istanbul, desservant plusieurs capitales européennes. 


 

 

De 1876 à 1946

Les origines de l'Orient-Express

En 1869, jeune entrepreneur belge, Georges Nagelmackers visitait les États-Unis, en voyageant dans les wagons inventés par l'industriel George Pullman, l'inventeur des voitures-lits. Inspiré, après la signature en 1874 de l'accord de circulation pour les voitures-lits de Paris à Vienne, il fonda le 4 décembre 1876 la Compagnie internationale des wagons-lits, qui deviendra peu après la Compagnie internationale des wagons-lits et des grands express européens. Deux ans après furent alors introduits les premiers wagons-lits sur la ligne qui va de Vienne à Ostrava.

Le 10 octobre 1882 fut mis en place un premier service de train de luxe, le Train-Éclair, sur l'axe Paris-Vienne, qui reliait en express les deux capitales distantes de 1350 kilomètres, en 27 heures et 53 minutes.

Etiquette à Bagage
 
Le premier Orient Express, en 1883.

Le premier train, qui s'appelait Express d'Orient et qui fut inauguré le 5 juin 1883, circulait deux fois par semaine, entre Paris (gare de Paris-Est) et Constantinople(l'actuelle Istanbul) via Strasbourg, Munich, Vienne, Budapest et Bucarest. Ce train n'était pas direct : il s'arrêtait à Giurgiu (Roumanie), la traversée du Danubejusqu'à Roussé (Bulgarie) se faisait sur un bac, puis un second train assurait le trajet jusqu'à Varna, port bulgare sur la mer Noire. De là, un vapeur conduisait les passagers en quatorze heures jusqu'à Istanbul. En 1885, le service devint quotidien jusqu'à Vienne. À partir de 1889, la ligne étant achevée jusqu'à Istanbul, le train devint direct.

Le lancement d'un mythe

Le train devint officiellement, en 1891, l'Orient-Express. Il fut attaqué cette même année par des pillards : cent vingt mille livres sterling furent dérobées, dont une rançon pour cinq otages. L'année d'après, le train fut mis en quarantaine en raison d'une épidémie de choléra survenue à bord.

La Compagnie des wagons-lits ouvrit en 1894, pour les passagers de l'Orient-Express, plusieurs hôtels de luxe à Constantinople, dont le Pera Palace. En 1898, un dîner de gala fut organisé pour marquer le vingt-cinquième anniversaire des wagons-lits. En 1911 l'Express d'Orient fut officiellement renommé Orient-Express.

L'Orient-Express dans la Première Guerre mondiale

En 1913, en raison des guerres balkaniques, le train qui se séparait en deux à Budapest ne circula plus que jusqu'à Belgrade. La Première Guerre mondiale interrompit les opérations et les voitures furent réquisitionnées par l'Empire allemand : le service des wagons-lits fut suspendu dès la déclaration de guerre prononcée. L'Allemagne s'appropria en 1916 le lot de voitures de la CIWL présent sur son territoire pour former la société Mitropa, qui lança sa propre version de l'Orient-Express, le Balkanzug. La Mitropa sert alors de symbole de la réalisation de la Mitteleuropa, vaste ensemble économique et politique dirigé par le Reich et regroupant les pays d'Europe centrale alliés ou occupés par l'Allemagne, l'ensemble de la ligne étant contrôlé par l'Allemagne.

En 1918, le maréchal Foch signa l'armistice demandé par l'Empire allemand, dans la voiture n° 2419. En 1919, le train de luxe militaire circula pour les personnels des forces alliées entre Paris et Bucarest, via Prague.

Publicité vers 1935 

L'Orient-Express dans l'entre-deux-guerres : l'âge d'or

Le 11 avril 1919, un service supplémentaire fut ouvert par l'Italie, grâce au percement, réalisé en 1906 du tunnel du Simplon : le Simplon-Orient-Express relie alors Calais-Maritime (avec une correspondance d'Angleterre) et Paris-gare du Nord, ainsi que Paris-Gare de Lyon par la ligne de Petite Ceinture, à Istanbul et Athènes via Lausanne, Milan, Vérone, Venise, Trieste, Zagreb, Belgrade, Sofia et Salonique. Cet itinéraire sud, qui évitait l'Allemagne, devint rapidement le plus important. C'est dans ce train, sens Istanbul-Calais, qu'est située l'action du roman d'Agatha Christie Le Crime de l'Orient-Express.

Dès 1921, l'Orient-Express, dont le fonctionnement fut interrompu durant la Première Guerre mondiale, fut restauré sur son itinéraire original. La première voiture en métal peinte en bleu roi apparut. Des nouveaux services furent en outre lancés :

  • L'Arlberg-Orient-Express de Calais et Paris vers Athènes via Bâle, Zurich, Innsbruck et Vienne.
  • L'Ostende-Vienne-Orient-Express vers Istanbul via Amsterdam, Bruxelles et Bucarest, dans lequel l'auteur Graham Greene situe son roman Orient-Express.
  • Le Tauern-Orient-Express entre Berlin et Istanbul via Munich, exploité par la rivale allemande de la Compagnie des wagons-lits, la Mitropa.

En janvier 1923, lorsque la Ruhr fut démilitarisée par les troupes françaises, l'Allemagne, en représailles, interrompit le service de l'Orient-Express sur son territoire.

Un service express en voiture Pullman circula à partir de 1924 de Londres à Douvres en correspondance avec la malle de Calais et de là avec le Simplon-Orient-Express. La même année, une nouvelle extension, l'Arlberg-Orient-Express, fut ouverte, traversant notamment la Suisse. En 1928, la Compagnie des wagons-lits acquit l'agence de voyages Thomas Cook.

L'Orient-Express fut bloqué en 1929 par la neige en Turquie : les passagers chassèrent et mangèrent des loups, le train ayant cinq jours de retard ; cette aventure inspirera à Agatha Christie son roman le Crime de l'Orient-Express.

En 1930, une nouvelle correspondance fut assurée sur la rive asiatique d'Istanbul, de Haïdar-Pacha (ou Haydarpaşa) vers Bagdad et Bassora (avec une correspondance maritime vers les Indes) par le nouveauTaurus-Express. Plus rapide que le bateau, le service associé Simplon-Orient-Express + Taurus-Express permit d'aller en Égypte, en Palestine, et encore plus loin, dans un confort inégalé.

Le 13 septembre 1931, des terroristes firent sauter le viaduc de Biatorbagy, en Hongrie, précipitant la locomotive et un wagon-lits de l'Orient-Express dans l'abîme et le faisant dérailler : la catastrophe fit vingt morts, Joséphine Baker, présente à bord, aida les blessés, le coupable fut pendu.

En 1932, la traction électrique fut introduite entre Stuttgart et Munich. En 1936, autre nouveauté, lancement du premier train direct reliant Paris à Londres, sans transbordement, grâce à de nouvelles voitures-lits empruntant le ferry-boat : c'est le Train-ferry, rebaptisé ultérieurement Night Ferry, qui sera préféré par certains usagers britanniques, évitant le transbordement fastidieux à Calais, et empruntant les Orient-Express au départ de Paris. En 1938, l'Allemagne annexa l'Autriche, et la Mitropa s'appopria les voitures de la CIWL stationnées en Autriche. En raison de la Seconde Guerre mondiale, la plupart des liaisons cessèrent dès septembre 1939 à l'Ouest, mais elles continuèrent à partir de Munich et Zurich.

 

 A partir des années 1970, avec l'essor de l'avion, les lignes de trains de luxe furent progressivement abandonnées, remplacées par des trains réguliers des compagnies nationales.

La dernière voiture arborant le logo de la Compagnie des Wagons-Lits, quitta la gare de l'Est en 1976. L'Orient Express n'était déjà plus que l'ombre de lui-même.

 

L'Orient-Express aujourd'hui

 

Le mythe de l'Orient Express reste ancré dans l'imaginaire collectif grâce aux nombreux ouvrages publiés chaque année, illustrés des photos d'archive de la CIWL, ainsi que des expositions régulièrement organisées en Europe sur ce thème cher au grand public.

 Exposition Institut du Monde Arabe, Paris 2014

Aujourd'hui encore, 2 trains portant le nom Orient-Expres et arborant le blason de la CIWL circulent encore. Ils sont composés de matériel d'époque issus du parc de la CIWL et ont été restaurés de façon magnifique dans les années 1980 par les ateliers de la CIWL. 

Les rames sont composées de voitures-lits, voitures-restaurant et voitures-salons Pullmann, avec les décoration de Lalique ou de René Prou d'époque. Il est à noter qu'en réalité les voitures CIWL ont circulé sur d'autres lignes que la ligne Orient-Express proprement dite.

  -le Venice Simplon Orient-Express (VSOE), appartenant à Orient-Express Hotels, composé de voitures rachetées aux enchères à la CIWL en 1977

  -le Pullman Orient-Express (POE), appartenant à la CIWLT (vendu en 2012 à une filiale de la SNCF)

note: Par contrat signé lors de la cession des voitures CIWL composant ces rames, ces trains ont l'autorisation d'arborer le logo doré aux deux lions et la marque CIWL pour leur exploitation. Toute utilisation en dehors de cette exploitation ne peut être autorisée que par Wagons-Lits Diffusion.

 

Dans la littérature

Agatha Christie

 
  Exposition British Museum 'Agatha Christie and the Orient

L'Orient-Express a inspiré à Agatha Christie son plus célèbre roman policier, le Crime de l'Orient-Express, en forme de « huis-clos ferroviaire » dans le wagon-lits Istanbul-Calais, où son héros Hercule Poirot est confronté à un crime si particulier que lui et les autres enquêteurs préfèrent passer outre la solution de l'énigme et laisser le crime impuni. Ce roman a fait l'objet d'une adaptation cinématographique réalisée en France et en Turquie par Sidney Lumet et sortie sur les écrans en 1974, servie par une prestigieuse distribution.

Graham Greene

Les roman de Graham Greene Orient-Express (titre original anglais Stamboul-Train, du français Istamboul) et Voyages avec ma tante évoquent, pour le premier, l'atmosphère des années 1930 en Europe centrale, et pour le second, un voyage fantasque contre le temps, dans les années 1970, mais ont tous deux en commun l'évocation de l'Orient-Express.

Guillaume Apollinaire

Un des passages les plus mémorables des Onze mille verges de Guillaume Apollinaire se déroule dans un wagon-lits de l'Orient-Express, conduisant le prince Vibescu de Paris à Bucarest.

Ian Fleming

Le créateur de James Bond Ian Fleming utilise l'Orient-Express comme élément-clé de l'intrigue et de l'ambiance dans le roman Bons Baisers de Russie.

Au cinéma

  • Bons Baisers de Russie (1963), célèbre James Bond avec Sean Connery, comportant une longue scène dans le wagon-lits Istamboul-Paris du Direct-Orient-Express.
  • Voyages avec ma tante (1972), film de George Cukor, d'après le roman de Graham Greene, avec Maggie Smith, Alec Mac Gowen, Raymond Gérôme, Daniel Emilfork et Corinne Marchand, incluant une séquence à bord du Direct-Orient-Express de Paris vers Istamboul.
  • Le Crime de l'Orient-Express (1974), film de Sidney Lumet, avec Albert Finney, Jacqueline Bisset, Ingrid Bergman, Lauren Baccal, Anthony Perkins, Richard Widmark, Jean-Pierre Cassel, Vanessa Redgrave, Sean Connery, Michael York : version filmée du roman d'Agatha Christie se déroulant à bord du Simplon-Orient-Express (trajet Istamboul-Calais, via Belgrade et Paris).

 

Chronologie de la création des trains CIWL

 

  • 1883 : Orient-Express
  • 1887 : Sud-Express
  • 1890 : Bombay Express
  • 1890 : Peninsular and Oriental Express
  • 1890 : Malle des Indes
  • 1890 : Rome-Express
  • 1894 : Ostende Vienna Express
  • 1896 : Vienna Nice Express
  • 1898 : Le Caire - Louxor Express
  • 1900 : Riviera Express
  • 1900 : Transatlantic Express
  • 1904 : Oberland Leman Express
  • 1908 : Rome Florence Cannes Express
  • 1909 : Andalousie Express
  • 1919 : Paris-Prague Express
  • 1919 : Simplon-Orient-Express
  • 1921 : Transmanchourian Express
  • 1922 : Le Train Bleu
  • 1926 : La Flèche d'or
  • 1927 : L'Étoile du Nord
  • 1927 : London Vichy Pullman Express 
  • 1929 : L'Oiseau Bleu
  • 1929 : Côte-d'Azur Rapide
  • 1929 : Star of Egypt
  • 1929 : Taurus-Express
  • 1929 : Sunshine Pullman Express
  • 1931 : Golden Mountain Express
  • 1936 : Train-Ferry direct Paris-Londres
  • 1940 : Maroc Express
  • 1950 : Mistral
  • 1957 : Trans-Europ-Express
  • 1962 : Simplon-Express
  • 1962 : Direct-Orient-Express
  •  
  •  


 

source: archives CIWL, wikipedia